Revue de presse quotidienne de ce mardi 25 avril 2023

0 1 580

 

Voici les principaux titres développés par la presse nationale de ce mardi 25 avril 2023

L’Opinion

• “Le premier marché de gros qui servira de pilote est celui de Rabat. Il est pratiquement prêt et nous donnera les premiers indicateurs afin de faire des corrections, pour ensuite installer les autres”. C’est Ryad Mezzour, ministre de l’Industrie et du Commerce, qui s’exprime ainsi, répondant, lors d’une émission sur Medi1 TV, à une question sur la réforme des marchés de gros au Maroc. Des projets assez similaires sont envisagés dans la plupart des grandes villes marocaines, notamment dans la commune de Sidi Bouaâthmane dans la province de Rehamna, ainsi qu’à Meknès, Agadir et Berkane. La nouvelle stratégie agricole “Génération Green 2020-2030” prévoit la réalisation de 12 marchés de gros modernisés. Les 39 marchés de gros répertoriés au niveau national, répartis sur 32 provinces et préfectures, commencent à traîner une très mauvaise réputation. Ils sont aujourd’hui associés à la spéculation et à des lieux où les intermédiaires font régner leur loi, non sans conséquences sur la hausse des prix des produits de consommation. En témoigne la flambée actuelle.

• Afin d’assurer un accès à une énergie à prix raisonnable et garantir la décarbonation de l’économie nationale, il s’avère nécessaire de mobiliser des investissements additionnels estimés à 2,6 milliards de dollars par an jusqu’en 2030, et 17,4 milliards de dollars par an à l’horizon 2050.Telle est la clé du succès de la transition énergétique. Publié cette semaine, le dernier rapport de la Banque mondiale, intitulé «Scaling Up to Phase Down», met l’accent sur les difficultés auxquelles font face les pays en développement. Même si le Maroc a réalisé des progrès honorables en la matière, notamment à travers l’installation de parcs éoliens et solaires, il devra redoubler d’efforts pour accélérer le déploiement de l’énergie renouvelable. Selon les estimations de la Banque Mondiale, la capacité de production d’énergie éolienne onshore et offshore au Royaume devra augmenter de 30 à 500%.

• Un total de 1.423 personnes ont bénéficié de de la première édition du programme Awrach » dans la province de Taza au titre de l’année 2022. Selon les données présentées, récemment, lors de la réunion de la commission provinciale du programme « Awrach » et consacrée au lancement de la deuxième édition ainsi qu’à la présentation du bilan de la première édition, ces 1.423 bénéficiaires sont répartis sur 29 chantiers, dont 1.085 bénéficiaires en milieu rural et 338 bénéficiaires en milieu urbain.

Le Matin

• La vague de chaleur annoncée par la direction de la météorologie nationale augure mal de la saison agricole en cours, qui se présentait pourtant relativement bien, grâce aux précipitations enregistrées au début de l’hiver. En effet, le prochain épisode caniculaire prévu cette semaine risquerait d’impacter négativement les récoltes espérées l’été prochain, surtout celles des grandes cultures. Selon des experts agricoles consultés par «Le Matin», la forte chaleur pourrait compromettre la croissance normale des céréales semi-tardives et des légumineuses. D’autant plus que l’actuelle campagne agricole, bien que nettement meilleure que la précédente, reste marquée par la sécheresse : au 30 mars 2023, si le cumul des précipitations est en hausse de 15,6% par rapport à la campagne précédente, il est en revanche en baisse de 17,3% par rapport à la moyenne des cinq dernières années.

• Le Conseil économique, social et environnemental a rendu publique sa dernière analyse de la situation actuelle dans les marchés des produits alimentaires marquée par une hausse générale des prix. Il a souligné l’urgence de prendre un ensemble de mesures permettant d’organiser les circuits de commercialisation des produits agricoles et de limiter la spéculation des intermédiaires. Le CESE a notamment recommandé d’accélérer la réforme des marchés de gros, de développer les circuits courts de commercialisation à caractère coopératif et promouvoir le commerce de proximité, Mettre en place un cadre juridique encadrant les pratiques de stockage des produits agricoles, d’accélérer la transformation digitale de la com- mercialisation des produits agricoles et de mettre en place un «observatoire des prix et des marges», qui pourrait être abrité par le Conseil de la concurrence.

• L’Office national de l’électricité et de l’eau potable envisage de lancer bientôt la préqualification pour les travaux de construction de la station de transfert d’énergie par pompage «El Menzel». D’une capacité de 300 MW, pour un coût d’environ 2,6 milliards de dirhams, ce projet stratégique devra être financé par la Banque européenne d’investissement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement ainsi que la banque allemande KfW. La STEP sera développée par le secteur privé au profit de l’ONEE dans le cadre du contrat de construction EPC. Sa mise en service prévisionnelle est pour 2027. Ce projet fait partie du programme d’équipement de l’ONEE visant le renforcement des moyens de stockage intelligent de l’électricité afin d’accompagner le développement de projets d’énergie renouvelable pour disposer d’une souplesse d’exploitation du système électrique national.

• L’Ambassadeur du Maroc auprès du Royaume de Suède et de la République de Lettonie, Karim Medrek, a organisé, à Stockholm, une cérémonie en l’honneur du réseau des compétences marocaines en Suède, dont des hommes d’affaires, des cadres et des responsables opérant dans des entreprises et des établissements basés en Suède. La rencontre, tenue à la résidence de l’Ambassadeur du Maroc à l’occasion de Aid Al-Fitr, a réuni également des médecins, des ingénieurs, des entrepreneurs ainsi que des professeurs universitaires et des imams. Cette cérémonie, à laquelle ont été conviées plus de 60 personnes dont des représentants de divers secteurs tels que les banques, les technologies de l’information, BTP, les énergies renouvelables et l’offshoring, a été l’occasion pour un large échange et une prise de contact, dans un cadre convivial, avec et entre les membres de la communauté marocaine établie en Suède.

• Suite aux évènements récents qu’a connus la République du Soudan et à la détérioration de la situation sécuritaire dans ce pays frère, le Roi Mohammed VI a donné ses Hautes Instructions pour assurer le rapatriement des ressortissants marocains de ce pays, indique le ministère des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger dans un communiqué. Conformément aux hautes instructions royales, les services de l’ambassade du Royaume du Maroc au Soudan ont, dans une première phase, organisé une caravane terrestre à partir de la capitale Khartoum à destination de la ville Port-Soudan, qui a bénéficié à plus de 200 ressortissants marocains établis au Soudan ou dont la présence dans ce pays a coïncidé avec cette conjoncture intérieure difficile, ajoute le ministère, précisant que cette caravane terrestre est arrivée ce lundi soir en toute sécurité à la ville Port-Soudan.

L’Économiste

• En dépit des difficultés qui se sont répercutées sur le coût du panier de la ménagère, le président de la Confédération Marocaine de l’Agriculture et du Développement Rural (Comader), Rachid Benali a insisté sur le fait qu’on «doit s’estimer heureux d’avoir encore ces niveaux de prix. Ça aurait pu être pire». Car, au-delà de la responsabilité des intermédiaires dans la flambée des prix, d’autres facteurs structurels ont favorisé cette situation. Cette situation est liée notamment aux effets du changement climatique, qui touche plusieurs pays, particulièrement ceux de la Méditerranée. La problématique structurelle du stress hydrique n’a pas été anticipée, même si elle était prévisible. La réalisation des objectifs du Plan Maroc vert nécessitait la mobilisation des ressources hydriques. En face, le Plan national de l’eau n’a pas suivi, souligne Benali, invité au Ftour-débat de L’Economiste.

• Le secrétaire général de l’UMT, Miloudi Moukharik, a souligné que l’accord social signé l’année dernière doit être enrichi, notant qu’il faut de la volonté politique pour pousser les secteurs d’activité, y compris l’Etat-employeur, à des négociations. « Nous souhaitons que la deuxième tranche soit avancée au ler juin », a dit Moukharik dans un entretien accordé au journal. Par rapport aux pensions de retraite, celles servies par la CNSS n’ont pas été augmentées depuis 18 ans, a-t-il rappelé, ajoutant que la hausse de 5% prévue par l’accord a exclu les personnes parties à la retraite à partir de janvier 2000. “Rien n’empêche le gouvernement de supprimer une partie de la TVA de façon provisoire, soit d’ici la prochaine loi de finances”, a lancé le secrétaire général, relevant que face à la situation que vivent les citoyens, l’Etat doit trouver d’autres ressources notamment auprès des “catégories qui ne paient pas d’impôts, celles qui font de l’évasion fiscale et travaillent au noir”. Moukharik exige également une baisse de l’IR, laquelle devrait être introduite dans la loi de finances 2024, estimant que ce scénario est réalisable et peut être étalée sur deux ans.

• La situation des charges et ressources du Trésor (SCRT) à fin mars 2023 dégage un besoin de financement de 4,3 milliards de dirhams (MMDH) et ce, compte tenu d’une réduction des opérations en instance de 5 MMDH, selon le ministère de l’Economie et des Finances. Ce besoin, augmenté des amortissements au titre de la dette pour un montant de 54,4 MMDH, dont 52,2 MMDH au titre de la dette intérieure, s’est traduit par un besoin de financement brut de 58,7 MMDH, précise le ministère dans un document sur la SCRT du mois de mars 2023.

Al Alam

• Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu, à New York, des consultations à huis clos sur la question du Sahara marocain. Ces consultations régulières sont prévues par la résolution 2654 du Conseil adoptée le 27 octobre dernier. Selon des sources bien informées au siège de l’ONU, les membres du Conseil de sécurité ont été briefés mercredi par l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara, Staffan de Mistura, ainsi que par le Représentant spécial du Secrétaire général et chef de la MINURSO, Alexander Ivanko. Selon ces mêmes sources, l’initiative marocaine d’autonomie a été largement appréciée et soutenue par un grand nombre des membres du Conseil qui ont considéré qu’elle constitue la solution sérieuse, crédible et pragmatique pour mettre définitivement fin au différend régional sur le Sahara marocain.

• Les débarquements des produits commercialisés de la pêche côtière et artisanale ont atteint 210.703 tonnes (T) au titre des trois premiers mois de cette année, en hausse de 9% comparativement à la même période de 2022, selon l’Office national des pêches (ONP). La valeur de ces débarquements s’est chiffrée à plus de 2,918 milliards de dirhams (MMDH), contre 2,905 MMDH une année auparavant, fait savoir l’ONP dans son récent rapport sur les statistiques de la pêche côtière et artisanale au Maroc. Par espèce, les débarquements des algues, des coquillages, des crustacés, du poisson blanc et du poisson pélagique ont affiché des hausses respectives de 51% à 4.091 T, 51% à 46 T, 39% à 2.563 T, 22% à 25.738 T et 13% à 158.722 T. En revanche, les débarquements des céphalopodes ont baissé de 30%.

Al Massae

• Les éléments de la police du District du port Tanger Med ont mis en échec en coordination avec les services des Douanes, une tentative de trafic international de 5 tonnes et 438 kg de chira qui se trouvaient à bord d’un camion de transport international de marchandises. Selon les données préliminaires de l’enquête, les opérations conjointes de contrôle aux frontières menées par les éléments de la Sûreté nationale et des Douanes ont révélé que le chauffeur du camion tentait d’utiliser des documents d’export falsifiés alors qu’il s’apprêtait à se rendre en Espagne, indique un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Cette tentative a nécessité de soumettre ce véhicule à une fouille minutieuse à l’aide des chiens de la brigade cynotechnique, précise la DGSN.

Al Ahdath Al Maghribia

• Le politologue et écrivain franco-suisse, Jean-Marie Heydt, a épinglé le scandale du « détournement systématique » des aides humanitaires destinées aux populations des camps de Tindouf, que le Maroc ne cesse de dénoncer depuis de nombreuses années auprès de la communauté internationale. Ce détournement a été de nouveau confirmé par le rapport du Programme alimentaire mondial (PAM), dans son évaluation du « programme stratégique pays Algérie 2019/2022 », relève Heydt dans une tribune publiée sur « Maglor.fr », média des maghrébins du monde. Plus grave encore, le PAM a de nouveau fait part de son inquiétude quant à l’absence d’enregistrement et de recensement de la population des camps de Tindouf et des possibilités de détournement que cette situation unique rend possible, soutient Heydt, également chercheur associé à l’Université de Haute Alsace en France.

• Un brigadier principal de l’unité mobile de police de secours de Fès a été contraint, aux premières heures de lundi, d’utiliser son arme de service lors d’une intervention sécuritaire pour interpeller un individu, âgé de 25 ans, qui, dans un état second, a exposé la vie des citoyens et des éléments de la sûreté à un grave danger à l’aide de l’arme blanche et causé des dégâts matériels à des biens privés, apprend-on de source sécuritaire. Les éléments de police étaient intervenus pour appréhender le mis en cause, qui se trouvait sous l’emprise de stupéfiants au quartier Al-Wifaq dans la zone de Bensouda à Fès, où il a causé des dégâts matériels à 13 voitures garées sur la voie publique, souligne la même source.

Assahra Al Maghribia

• Le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch a reçu une délégation de la Confédération Démocratique du Travail (CDT), conduite par le premier vice-secrétaire général de la centrale syndicale, Khalid Alami Lahouir. Cette réunion, qui s’inscrit dans le cadre du round d’avril du dialogue social, a permis d’aborder les mécanismes à même d’améliorer le pouvoir d’achat des citoyens et de répondre aux aspirations de la classe des travailleurs, indique un communiqué du Département du chef du gouvernement. L’accent a également été mis sur l’attachement du gouvernement à promulguer une série de textes importants, dont le code du travail et la loi relative à l’exercice du droit de grève, dans le cadre d’une approche participative, et ce en droite ligne de l’engagement gouvernemental pour l’institutionnalisation du dialogue social, érigé en choix stratégique conformément à la vision clairvoyante du Roi Mohammed VI et en respect des engagements sociaux contenus dans le programme gouvernemental, ajoute la même source.

• Le ministre espagnol de la Présidence, Felix Bolanos, a affirmé que son pays doit avoir une « très bonne » relation avec le Maroc qui constitue un « allié stratégique » dans divers domaines. « Le Maroc est un allié stratégique avec lequel nous devons entretenir une très bonne relation pour le bien de notre pays », a souligné Bolanos, qui était l’invité d’une émission sur la chaîne publique espagnole « La 2 ». « Du fait de sa proximité géographique avec notre pays, le Maroc est un partenaire stratégique et un allié fondamental dans une multitude de questions qui affectent la vie quotidienne en Espagne », a relevé le ministre de la Présidence espagnole.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :